ENTRE FLEUVE, COTEAUX ET PLAINES : BIENVENUE A ABLON-SUR-SEINE
www.ablon-sur-seine.fr
 
haut de page haut de page haut de page haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Centenaire 1914/1918 : L’histoire du train de la paix

Le wagon de l’Armistice est la voiture de chemin de fer dans laquelle ont été signés l’armistice du 11 novembre 1918 entre l’Allemagne, la France et ses alliés.
Voici son histoire...


 

11 NOVEMBRE 1918 : UN TRAIN DE LA PAIX


 

Il y a 100 ans, le 7 octobre 1918 le lieutenant-colonel Loiseleur demande à la Compagnie Internationale des Wagons-Lits de transformer le wagon restaurant 2419 en trois salles inégales avec des grandes tables pour étaler les cartes d’état-major.- le fourneau est enlevé, L’électricité est installée. Les trois pièces sont tapissées de rouge, boiserie en marqueterie d’acajou, le plafond en caissons est orné de lampes tulipe. Des sous-mains, des écritoires, des cendriers sont posés sur les tables recouvertes de tapis vert, Les modifications sont terminées le 28 octobre.


 

Le 7 novembre 1918 dans le plus grand secret un train spécial est préparé. L’inspecteur de traction Morlot convoque au dépôt de La Chapelle les chauffeurs Guerbette - dont la petite fille habite Ablon et Herin ainsi que les mécaniciens* Gourdon et Mercier. Ils prennent l’engagement de ne communiquer aucune information à qui que ce soit. Pas de document, pas d’appareil photo.


 

Après avoir prêté serment leur mission est de conduire le locomotive 3438 entete d’un train formé au Landy à la demande du Ministère de la Guerre. Les voitures sont fournies par la compagnie intenationale des wagons- lits et comprend 2 voitures de première classe, 2 voitures de deuxième classe, 2 wagons-lits, 2 voitures restaurant, 1 voiture salon et bar, trois fourgons.


 

Dans le premier fourgon se trouve le central téléphonique. Dans le deuxième est installé la télégraphie baptisé « Hugues » et dans le troisième un groupe électrogène, le tout contrôlé par des militaires. À 16 heures, le convoi quitte Le Landy pour Chantilly. Les mécaniciens reçoivent alors leur feuille de route destination Senlis.


 

Dans cette ville le maréchal Foch monte dans la voiture-salon 2443. La voiture 1888 est occupée parle général Weggand entouré de quatre officiers ainsi que l’inspecteur de l’exploitation Scellier, Le wagon-lit 1888 est occupé par les britanniques avec l’interprète Walter Bagot. Pendant 4 jours et trois nuits, les militaires et le personnel vont vivrent dans ce convoi .


 

Le train allemand est raccordé au convoi français le 7 novembre 1916 à 7h15 et prend aussitôt la direction de la forêt de Rethondes


 

Depuis le 11 novembre 1918 le wagon 2418 connait la célébrité, il devient le wagon de l’Armistice toujours présent à Rethondes.**


 


Une rue de la ville d’Ablon-sur-Seine porte le nom du Maréchal Foch. Mais où est-elle ?


 

*Sur les locomotives à vapeur les chauffeurs entretiennent le foyer de la locomotive, les mécaniciens conduisent la locomotive et observent les signaux.


 

**Au mois de mai 1945 les SS ont fait sauté le wagon d’origine à Ohrdruf (Thuringe) lors de l’arrivée des premiers blindés américains.


 

Source : le patrimoine de la SNCF tome l page 436 et extrait de la vie du rail. 
 


JPEG - 311.7 ko

TOUT LE SITE EN 1 COUP D’OEIL

Mairie d’Ablon sur Seine - 16 rue du Maréchal Foch - 01 49 61 33 33 - Nous écrire

Plan du site - Flux Rss - Crédits et mentions légales